" NE PAS SE LAISSER MARCHER SUR LES PIEDS "

Instantanément avec Manon Dubrouillet

Elle est grande, elle a des ongles de couleur crème, elle est souriante, dynamique, posée et elle ne se laisse pas marcher sur les pieds !

Son métier : elle est peintre en bâtiment.


" Je m’appelle Manon Dubrouillet, j’habite à Pulvérières dans les Combrailles dans le Puy-de-Dôme, je vais avoir 26 ans le 2 août prochain et je suis peintre en bâtiment.

Quel a été votre parcours pour devenir peintre en bâtiment ?

À la fin de la 3ème, je ne savais pas trop vers quoi m’orienter et comme j’adorais le dessin, j’ai été dirigée vers un « Bac pro marchandisage visuel » sans trop savoir à quoi ça correspondait réellement.

Il s’agissait d’aménager des vitrines, de mettre en valeur des produits pour des magasins ou des stands. Finalement ça ne m’a pas plu du tout ! Mais j’ai quand même passé mon bac.

Après, j’ai décidé de tester différents métiers afin de ne pas recommencer la même erreur.

Je suis partie en formation pendant 6 mois. J’ai d’abord expérimenté la peinture en bâtiment parce que je connaissais quelqu’un qui pratiquait ce métier. Ça s’est tellement bien passé, j’ai adoré ce travail, j’ai donc eu envie de poursuivre dans la peinture.

En quoi consiste ce métier ?

Quand j’arrive sur un chantier, mon rôle est de préparer les surfaces à peindre en les rendant lisses. Ensuite j’applique la peinture et j’assure toutes les finitions.


Et qu’est-ce qui vous plaît dans ce travail ?

Ce que j’aime dans ce métier, c’est que l’on bouge tout le temps, on change de site en permanence. Même si c’est un métier qui reste répétitif par certains côtés, il est aussi très varié et ouvre des possibilités, notamment dans la décoration. J’ai eu par exemple l’occasion de réaliser des dessins sur des murs. C’est très intéressant.

Mon souhait, c’est aussi d’évoluer et de tester des nouvelles techniques.


Cette profession est-elle encore réservée aux hommes ?

Dans la peinture il y a de plus en plus de femmes. Pour moi, le seul problème ce sont parfois les charges un peu lourdes mais c’est une question d’organisation.

C’est quoi la différence entre une femme et un homme peintre ?

On nous dit souvent que les femmes font plus attention que les hommes au niveau de la finition, qu’elles sont plus soigneuses et peut-être plus patientes. Une fille va peut-être plus s’attarder sur une bricole qu’un garçon.

Je travaille avec des hommes qui sont aussi d’excellents peintres. (sourires)

Comment êtes-vous perçue par vos collègues hommes ?

Quand j’ai commencé ce métier, j’appréhendais.

Je me suis dit « je vais faire un métier d’hommes et je vais travailler avec des hommes ». J’avais 20 ans quand j’ai intégré l’entreprise dans laquelle je suis encore aujourd’hui. J’ai fait mon apprentissage après 15 jours de stage. J’ai passé mon CAP puis mon BP et j’ai été embauchée.

Ça s’est tout de suite très bien passé. Je m’entends très bien avec les garçons et n’ai jamais eu de problème sur un chantier avec un homme.

L’entreprise dans laquelle je travaille est une entreprise de jeunes. On a tous quasiment le même âge et l’ambiance y est très sympa.

Comment votre famille a-elle vécu ce choix ?

Mes parents m’ont accompagnée dans ce choix.

Ma grand-mère, elle, a été surprise. Elle pense que les métiers du bâtiment doivent être réservés aux hommes et que c’est dur pour les femmes. Encore aujourd’hui, elle m’envoie parfois des message pour me demander si ça va et si ce n’est pas trop difficile.



Êtes-vous rebelle ?

Pour travailler dans le bâtiment, c’est évident, il faut avoir du caractère pour ne pas se faire marcher dessus.

Je pense que depuis que je suis dans ce secteur, j’ai un caractère plus affirmé.

Il faut savoir dire ce qui ne va pas, notamment lorsque l'on travaille avec d’autres corps de métier. Mon travail c’est la finition. Si quelqu’un pose un outil là où il ne faut pas parce que je suis une fille ça ne va pas ! Moi je respecte le boulot des autres alors je veux que l’on fasse attention au mien. Il ne faut donc pas avoir peur de s’imposer.

Oui, une femme rebelle c’est une femme qui ne se laisse pas marcher dessus ! (rires) "









06 07 37 92 42 - natacha.sibellas@gmail.com

 

63720 Ennezat

 

© 2018 NATACHA SIBELLAS